ÉVANGILE SECRET 
DE LA RÉSURRECTION

 
     

C H A P I T R E   P R E M I E R

LA LANCE DE LONGINUS
     L a   v é r i t é   s u r   s e s   s e c r e t s   h i s t o r i q u e s 


 L'histoire que je vais te raconter débute le jour où Jésus le Nazaréen fut percé sur sa croix à Jérusalem sur le sommet du mont Golgotha, le mont du crâne. Appelé ainsi parce qu'il était d'une forme arrondie rappelant le haut d'un crâne humain.

Pente du mont Golgotha d'aujourd'hui
Le commencement de ce jour de début d'avril était de cendre et les nuages couvraient la majeure partie du ciel, avec parfois quelques timides éclaircies semblant vouloir illuminer un panorama pourvu de scènes lugubres auquel tous ceux qui y assistèrent n'avaient gravés sur leurs visages que pitié et compassion.
Vers 9 heures le matin, dans le sifflement d'un vent intermittent, soulevant la poussière, amenant les feuillages qui s'étaient dispersés tout le long du versant jusqu'a à son sommet; les 3 croix s'étaient élevées sur le Golgotha et semblaient comme rehausser le paysage dans lequel figurait les crucifiés. 
Celui de gauche se lamentait par des cris de douleur épouvantables et on voyait que celui de droite luttait obstinément contre ses crampes qui prenaient possession de ses muscles. 
Il parvint toujours dans un effort insoutenable à continuer de parler et reconnaissait ses fautes et le pourquoi de sa condamnation; il s'adressa alors à celui du centre, appelé Jésus le Nazaréen.

Il y avait une inscription sur un écriteau de bois cloué au dessus de sa tête qui disait:
" Celui ci est appelé Jésus le Nazaréen et se dit le Fils de Dieu et roi des juifs".

« .. Jésus .. Jésus .. souviens toi de moi .. lorsque tu régneras dans .. ton paradis. »

Jésus était totalement remplit de blessures. Couvert de plaies sanglantes il semblait sans vie, sa tête était entièrement baissées et sa bouche et ses yeux étaient fermés. Il avait entendu l'un des malfaiteurs lui parler au-delà de toutes ces clameurs, plaintes et douleurs. Jésus finit par lever lourdement sa tête vers le condamné, ouvrit ses yeux ensanglantés, passa sa langue entres ses lèvres et lui dit de façon qu'il puisse l'entendre:
« Je te le dis en vérité .. 
ce jour même .. tu seras .. avec moi au paradis. »

A cet instant la terre se mit à trembler soudainement et des bruits intenses se fit entendre depuis la ville.
Le ciel s'était obscurcit depuis plusieurs heures d'une façon autant mystérieuse que personne ne semblait s'en être aperçu; le soleil avait complètement disparu malgré l'impression d'un ciel sans nuage où la lune restée ronde rayonnait devant les crucifiés comme pour assister à la scène, les illuminant d'une lumière tellement insolite que beaucoup croyaient y voir la fin du monde. 

voir un film
Jésus dans un ultime effort leva la tête vers le ciel et les yeux grand ouvert il prononça ces mots:
« Tout est accompli »
Puis poussa un long cri de frayeur; sa tête retomba sans vie et ce fut fini. 

Il est alors 3 heures de l'après midi, à l'heure romaine, d'après l'horaire de l'époque; la veille de la pâque.

Un légionnaire et centurion de la légion romaine appelé (plus tard) Longinus vint inspecter les condamnés à la mise en croix; afin de connaître leurs états, voir s'ils étaient encore vivants. 
On cassait les jambes des crucifiés avec une barre de fer pour mettre un terme à leur agonie; afin qu'ils aient une mort plus rapide. Effectivement pour tenir, les condamnés devaient s'appuyer de tout leur poids sur leurs jambes et une fois cassées privé de toute force, ils mourraient asphyxié.
Longinus qui avait la charge d'inspecter les crucifiés était un homme imposant et robuste, grand d'un mètre quatre vingt deux (1,82) ne pensant alors qu'a retourner dans sa petite ville de Sicile pour se marier avec avec son inoubliable Juliana. 
Longinus est né sur une île dans le Sud de l'Italie, dans la ville de Taormina. 

Ville de Taormina où est né Longinus; en Sicile
Cela faisait huit ans (8) déjà qu'il était dans l'armée romaine et il avait vingt six ans (26). 
Lors d'un combat il fut blessé et faillit devenir aveugle; et depuis il ne voyait pas correctement.
Son unité militaire pendant sept années avait livré bataille pour Rome; et Longinus avait fait plusieurs campagnes aux cotés de soldats courageux et sous les ordres de nombreuses célébrités de Rome. Son unité de légionnaires a été envoyé en judée, en Palestine dans l'objectif de faire régner l'ordre à Jérusalem.

Longinus en désignant Jésus dit à celui qui était chargé de casser les jambes des condamnés:
« Dis moi! Celui là .. tu l'as pas fait !?"
- Vois toi même - répondit l'autre - il est déjà mort!. »

Se plaçant aux pieds du crucifié, Longinus par plusieurs fois transperça avec sa lance le flan de jésus, avec violence et détermination, de sorte qu'au dernier coup la pointe se figeât coincée à l'intérieur du corps du supplicié et tirant avec force pour la libérer, se faisant il lui resta plus que le manche de sa lance et c'est a cet instant qu'un jet de sang et d'eau sortit du condamné se jetant directement sur la figure de Longinus; celui ci effrayé planta au sol le manche de bois qui lui restait de sa lance, se mit à genoux et se frotta le visage recouvert du sang de Jésus. 
En ce même instant des rayons du soleil se fit sur le haut du mont des crucifiés et Longinus parvint alors à lire l'inscription qui se trouvait au dessus de Jésus et s'apercevant que sa vue était devenue satisfaisante il dit:
« Vraiment, cet homme était le Fils de Dieu. »
Cela eut lieu un vendredi, 2 jours après la pleine lune du 3 avril, à la préparation du Sabbat des juifs.
Jésus Fils de Dieu = 168 = La lance de Longinus
Jésus Le Christ = 168
Longinus dès le soir tomba malade et resta dans ses quartiers, alité pendant plusieurs jours.
Des tâches sur sa peau s'étaient formées du sang de Jésus, sur son visage et sur ses mains; il avait sans succès essayé de les retirer à plusieurs reprises et rien y faisait.

Des jours longtemps après, Longinus quitte l'armée et rejoint les chrétiens et se fit moine. 
Torturé; et bien qu'on lui avait arrachés les dents et coupé la langue; il parvenait toujours à s'exprimer correctement. 

Il mourut en martyr.
Longinus se fit décapiter par le gouverneur de sa cité, qui lui même était devenu malvoyant, il reçu à son tour du sang de Longinus au visage; et recouvra une vue parfaite.

C H A P I T R E   D E U X I È M E
HISTOIRE DE LA LANCE SACRÉE
L a   v é r i t é   s u r   s e s   s e c r e t s   h i s t o r i q u e s
 
Voici l'histoire: Longinus avait gardé les traces du sang de Jésus sur son visage et sur ses mains et ne réussit jamais à les effacer.

(Gaius Cassius) Longinus (Lance) retourna en Italie et se fit moine. 
Il décida de suivre scrupuleusement l'enseignement des disciples de Jésus.
Revenu en Italie, il fut envoyé à Cappadocia. 

Après avoir mûrement réfléchit; il se disait qu'il lui fallait faire actes de courage et de Sainteté. 

Ce qu'il voulait depuis longtemps, c'était détruire les statues idolâtres de la ville; il trouvait qu'il sagissait là d'une abomination devant le seigneur et que ses habitants vénéraient le diable. Faisant des pactes avec ses démons pour seuls buts d'acquérir des richesses et des heures de gloires; sacrifiant et répandant le sang de l'innocent au nom de Satan. 

Pour ce faire il lui fallait la présence du gouverneur, et lorsque ce dernier entreprit de s'y rendre, Longinus le suivit et décida d'entrer à son tour dans le temple; il avait dissimulé des barres de fer dans son manteau et c'est soudainement que Longinus fut prit d'une rage dont il ne fit encore jamais figure; il fracassa à coup de barres de fer qu'il tenait dans chaque mains tout ce qui se trouvait en sa proximité; et dans son passage, ainsi que du mobilier. 
Personne n'eut le courage de l'affronter et de neutraliser ce Longinus imposant par sa taille et sa colère.

C'est alors que sans attendre, qu'un vent glacial se leva, formant des courants d'air dans la salle, des bruits de chaînes ce firent entendre et des grognements de chiens féroces résonnaient dans tous les coins du temple.

Toute l'assemblée fut prise de stupeur, se demandant de quoi il s'agissait.

Tous virent des ombres noires qui sortaient des statuettes que Longinus avait casser et de l'une d'elles se dirigea un démon directement sur le visage du gouverneur, qui fut prit d'un grand malaise et se retrouva aveugle. 

Les démons  prirent la ville d'assaut et donnèrent naissance à beaucoup de douleurs et à de nombreuses malédictions.
Toute la province maudit Longinus et le gouverneur décida de le condamner à mort pour ses actes graves et inconscients qui avait fait, selon lui.
Le gouverneur le fit décapiter sans tarder.
Lors de son exécution il reçu du sang de Longinus en plein visage, au moment de sa décapitation et c'est ainsi que le gouverneur recouvrât une vue parfaite.
Le démon s'en était allé à la vue du sang de Longinus où était mêlé celui de Jésus le crucifié du mont du crâne.
Je vous le dis en vérité; la Vraie Pointe de Longinus c'est celle qu'avait L'Impératrice Saint Hélène et dont Charlemagne eut en sa possession. C'est celle qui est actuellement exposée en Autriche. 
Dite "La lance du Saint Empire Germanique".


Pointe de Longinus exposée à Vienne en Autriche
Dite du Saint Empire Germanique
Cela faisait longtemps que Longinus n'avait pas entretenue sa lance à cause du travail et des efforts qu'il se devait d'accomplir en Palestine et les petits clous qui maintenaient sa pointe ne remplissaient évidemment plus leurs rôles.
Ce qui a favorisé que la pointe se détache et reste dans le corps de Jésus le Nazaréen.
Il suffit encore aujourd'hui d'examiner avec attention cette lance et tu en conclura aisément que le manche s'est bien séparé de sa pointe le jour même de la crucifixion de Jésus. 
La preuve la plus convaincante que l'historien de la Sainte histoire devrait retenir, c'est qu'il ne subsiste EFFECTIVEMENT: que la pointe de la lance de Longinus. 

Son manche a disparu totalement de la circulation et de l'histoire.

Ainsi il est facile de comprendre que si le manche avait prit la même direction dans l'histoire que sa pointe, les deux éléments seraient encore attachés, associés entres eux. 
Ce qui est sans nul doute, de toute logique. 
Sinon pourquoi le manche de cette lance n'a toujours pas été retrouvé ? 

L'explication ne t'est donnée pas seulement par logique, mais par l'histoire; la pointe resta coincée dans le corps de Jésus, figée entre ses côtes.
Jésus fut mis ainsi au tombeau; la pointe de la lance était en lui; mais également l'un des clous de la croix, coincé lui dans l'un de ses pieds.

Il faut savoir que la pointe de Longinus exposée dans ce musée de Vienne y est attaché un clou, parce qu'une feuille d'argent et une autre feuille d'or semble le dissimuler. 

Le clou est ficelé habilement de fils d'acier à la pointe. 
Saint Maurice a reçu des consignes au sujet de la lance, et dont l'une des plus importante; que la pointe ne doit en aucun cas être séparée de son clou.
Elle fut brisée en deux en l'an 615.

Voici ce qui est inscrit sur la pointe de Saint Longin (Longinus) 

On peut lire sur la feuille d'argent l'inscription suivante:

« CLAVVUS + HEINRICVS D(EI) GR(ATI)A TERCIVS ROMANO(RUM) IMPERATOR AVG(USTUS) HOC ARGENTUM IVSSIT FABRICARI AD CONFIRMATIONE(M) CLAVI LANCEE SANCTI MAVRICII + SANCTVS MAVRICIVS »

Traduction:
"Clou + Roi par la Grâce de Dieu Troisième empereur des Romains Auguste a ordonné que soit faite cette bande d'argent pour attacher solidement le Clou et la Lance de Saint Maurice + Saint Maurice".
(Note: + est une croix)

En 1350, Charles IV a fait mettre une feuille d'or par-dessus la feuille d'argent avec l’inscription suivante 
« LANCEA ET CLAVUS DOMINI » -
Traduction: Lance et Clou du Seigneur.

C H A P I T R E   T R O I S I È M E
LE MONT DES LUMIÈRES
L a   v é r i t é   s u r   s e s   s e c r e t s   h i s t o r i q u e s

(Un 5 avril) Jésus est transpercé par une lance sur le Mont du crâne à Jérusalem à la suite de sa crucifixion.

Par plusieurs fois un romain de Sicile nommée plus tard "Longinus" perce Jésus alors mort, entre la 4ième et 5ième côte; la pointe finie par rester coincée dans le corps de Jésus.

Jésus est mit au tombeau avec la pointe de la lance et un clou coincé dans le pied.
Jésus ressuscite au moment de la fermeture, se délie de ses sangles, plie son suaire et ses linges et les dépose dans un endroit particulier de la crypte. 

A sa résurrection Jésus se retrouve alors sur une butte déjà connue depuis Noé; les habitants de ce lieu à ce moment le lavèrent, rasèrent sa barbe, lui coupèrent les cheveux et soignèrent ses plaies. Il leur raconta ce qui lui était arrivé en Palestine et Jésus leur donna la pointe de la lance et le clou.

Tu te demande: Où est ce lieu ? Quelle est cette butte ?

C'est celui où nous nous trouvons, qui domine Paris; le mont est sacré depuis les temps les plus reculés. 
Nous sommes ici à 162 mètres au dessus de la Seine, c'est une butte témoin pour le géologue, car lorsque l'europe était entièrement recouverte d'eau, lui était sec. Il ne peut être submergé grâce à sa formation et sa structure géologique.
De tout temps il fut tenu pour sacré et ses vignes produisaient le vin de la messe de l'église pour tout le bassin parisien. 
Il était très célèbre jusqu'à la révolution de 1789 et c'est aussi là même que fut née la patronne de Paris.

Il domine Paris et il est appelé « le mont Valérien. »
Ce nom lui fut donné par l'histoire, mais au commencement on le nommait depuis les cieux jusqu'à la terre: « Le Mont des Lumières. » (Sion)

Il a un message historique, car les rois et reines de la terre y avaient leurs sièges, dans les hauts temps antiques, mais les secrets de son histoire sont jalousement gardés, jusqu'à être tenus pour oubliés.

C'est pour cela que je te dis, que la pointe de Longin lui appartient et devra être présente à son sommet le reste des siècles.

Car si cela ne se fait pas rapidement, si ses croix ne redeviennent pas visibles aux grands airs et aux vues des pélerins, la flamme qui y séjourne s'éteindra à jamais et sera déclarée défunte le restes des siècles.

Il est appelé « le mont Valérien. »

Car entre l'an 235 et 257 Valérien, un général et plus tard empereur de Rome, s'installe dans une villa héritée de son père sur le sommet du mont dominant de Paris, dans le but de recruter des légionnaires. 

Lors de l'une de ses visites sur le mont, en l'an 256, il est informé par une entité, que Rome sera prise par les chrétiens des siècles et des siècles. Il décide donc de les tyranniser, alors qu'il leurs était auparavant favorable, leurs donnant des titres de hauts fonctionnaires et des emplois dans l'administration de Rome.

Valérien vers l'an 235 découvrit avec stupeur 3 croix plantées au sommet du mont et de longs et gros rochers où était sculpté ce qu'il défini immédiatement comme le crucifié que vénéraient les chrétiens de Rome. 

Il garda pour lui cette découverte et cacha ce qu'il savait aux chrétiens.

Il restait persuadé qu'il s'était passé quelque chose à cet endroit et décida de convoquer les anciens du lieu pour en savoir d'avantage sur ce mystère.

Un vieux sage lui révéla qu'il y a très longtemps, un homme apparu un jour dans une lumière et fit des miracles, puis avant de partir, il ordonna pour qu'on se souvienne de lui, de planter 3 croix au sommet du mont et de sculpter dans la roche des figures le représentant et pour indiquer l'entrée de cette terre sacrée. 

Le général Valérien fut convaincu d'un réel rapport entre les chrétiens de Rome et les vestiges du mont de Paris. Il importa et fit planter des vignes qui finir par recouvrir la majorité du mont et ses alentours. Pour rendre hommage au sang du messie des chrétiens symbolisé par le vin. Valérien fit le voeu devant le dieu des chrétiens d'assister les chrétiens si il de devient premier citoyen de Rome.
Ce voeu d'en devenir empereur lui fut donc accordé.

Mais alors qu'il apprit par une vision en 256 que les chrétiens s'empareront de Rome pendant des siècles et des siècles, il entreprit de brûler les croix dressées sur le haut du mont et tenta de détruire les artefacts représentant le crucifié; avant de retourner à Rome; pour ne plus jamais revenir sur le mont.

Dans les années 270, un général romain d'origine égyptienne, noir de peau, vint sur ce mont de Paris avec son armée composée de 6660 légionnaires et vit le rocher et les 3 croix brûlées.
Ce général, connu sous le nom de Maurice, reçu la visite d'un homme de lumière qui lui raconta ce qui s'était passé; que ce lieu était habité par une légion de démons depuis Valérien.

Saint Maurice (Saint canonisé par l'église) décida avec son armée de recouvrir dans le secret, les rochers avec de la terre, terres transportées depuis les Villes (Appelées plus tard) de Saint Denis et de Nanterre en prétextant délimiter son territoire.

Les 3 croix brûlées furent restaurées et Saint Maurice découvrit la lance et un clou aux pieds de l'une des croix; là où l'entité de lumière lui avait indiqué, et grâce à ces outils sacrés il chassa avec ses légionnaires les armées du mauvais esprits qui hantaient ce lieu. 
L'être de lumière se montra aux légionnaires de Saint Maurice et leur promis le paradis à tous et leur fit découvrirent en vision. 

C H A P I T R E   Q U A T R I È M E
LE MONT SACRÉ
L a   v é r i t é   s u r   s e s   s e c r e t s   h i s t o r i q u e s


Le mont Valérien domine la Capitale de la ville de Paris, sur une hauteur de 162 mètres au niveau de la Seine.

La tribu qui deviendra les "Parisii" (d'où vient l'esprit de la langue française) l'avaient décrété "hautement sacré" et personne n'avait droit de pénétré sur sa terre sans raison valable et une permission.

Les familles de la Sainte tribu avaient appris de leurs pères que les premiers habitants furent déposés en ce lieu par un dieu immaculé de lumière. 

Il y eut aussi sur le mont plusieurs Dolmens et autres structures de pierre; mais aujourd'hui rien ne subsiste.

Sous l'ancien régime il fut la propriété de l'église. De grands hommes y ont posé le pied; et beaucoup voulurent s'y faire ensevelir sur ses hauteurs.

Valérien alors empereur décida de se rendre sur le mont, où il possedait une villa de plaisance qu'il avait hérité de son père. 

Ce jour là, sa visite prenait un air de pélerinage, car elle était destinée à rendre hommage au dieu des chrétiens, pour le remercier d'avoir exaucé son voeu: de devenir le premier citoyen de Rome; alors qu'il n'était encore que général (des armées du Rhin), recrutant en ce lieu même ses meilleurs légionnaires. 
Il avait donné sa parole au dieu des chrétiens que si il faisait de lui l'empereur de Rome, il serait l'un de leurs sympathisants et les comblerait de bienfaisances; ce qu'il fit depuis ce moment là de l'histoire.

Sur le mont se dressait alors trois croix en bois, ainsi qu'un mur de pierre où était gravé des scènes semblant représenter le culte Chrétien de la croix. Son père l'avait déjà tenu au courant de ce mystère, qu'il ne devait révéler à personne à Rome. Il connaissait l'histoire de Jésus par les chrétiens et la représentation sur le mont rappelait exactement sa cruxifiction en Judée. 

Il n'avait plus de doute que tout cela représentait bien le Jésus que Ponce Pilate avait fait crucifié à Jérusalem et dont les chrétiens honoraient à Rome. Mais il garda jalousement ce secret aux Chrétiens voulant toujours en savoir davantage. 

Comment se faisait il que ces croix et ce monument se trouvaient ici ? 
Ca ne pouvait être qu'un miracle; se dit Valérien et il s'engagea alors dans son voeu avec certitude que leur dieu demeurait ici.

Valérien voulait savoir par quel prodige ces monuments furent ici. Qui l'ont construit ?

Dès le lendemain de son arrivée dans sa villa sur le mont; il demanda en express de lui amener les vieux du village et des environs. 
On lui présenta un seul et vieil homme, un brave, un ancien qui était né dans le pays, que l'on prétendait être magicien.

« Je te salue! Très Grand Seigneur de Rome!  Mais je ne sais si je suis celui qui peut t'en apprendre sur notre mont; peu sont de ceux qui ont souvenance de ce qui s'est réellement produit ici et cela fait depuis aujourd'hui très longtemps, plusieurs vies pour s'en rappeler.

- Et bien parles ! que sais-tu ? apprends m'en sur ce lieu! Si tu es sincères je te donnerai des richesses ! Parles !

- Très Grand Seigneur de Rome, je vais te le dire, selon ce que m'ont transmit mes pères.
Ici est venue une étrange affaire, il est dit qu'aux temps de **Tiberius Caesar est apparu dans un nuage de lumière, un être avec l'apparence d'un homme; il était plein de magies et il leur a demandé de dresser ces trois croix et de faire ce monument de pierre pour le représenter.
Ici disait il, c'est une terre Sainte, depuis le début des temps et de la terre.

- Et cet être dont tu parles, qui est il ? dis moi ce que tu sais de lui maintenant l'ancien! Ne me racontes pas n'importe quoi !

- Très Grand Seigneur de Rome, je veux bien te raconter l'histoire, c'est un peu ... une légende ici, je ne sais s'il s'agit de la vérité.

- Je veux savoir ! s'exclama Valérien, Je sais que lors de nos absences, ton peuple se rassemble en ce lieu et se livre à des cérémonies étranges en parlant une langue inconnue, dotée m'a t'on rapporté de pouvoirs magiques. Parles moi de ça! Que veut dire tout cela ?!
 

- C'est comme un esprit qui parle en nous, c'est cet être de lumière qui l'a inscrit dans les esprits de nos pères et dans nos familles, nous parlons entre nous avec cet esprit; je ne pourrais t'expliquer ce pouvoir; et l'être de lumière qui a fait cela a dit que cet esprit qui habite en nous, régnera sur tous les hommes dans des siècles et des siècles, pour des siècles et des siècles. Lui même viendra en une personne qui prendra ce qui est de l'esprit de parole, et le monde sera avec lui, pour des siècles et des siècles et même les étoiles que nous voyons dans le ciel ne pourront plus rien cacher aux fils des hommes en ces temps qui viendront; car l'esprit léguera son héritage aux Fils de la lumière.

- Ce que tu me dis là vieil homme me surprend. A quoi bon nous servirait il de savoir ce que les étoiles nous cachent ? j'en comprend qu'à moitié; dis moi plutôt qui était cet être, à figure d'homme, venu sur ce mont, de quel dieu vient il ? 

- Nous ne savons qu'une chose, c'est qu'il a vécu au milieu d'un peuple pendant des siècles, il a veiller sur lui jours et nuits. Ce peuple était son bien, sa propriété, son oeuvre pour témoigner de sa présence, de son amour pour l'homme. Ce peuple a décidé qu'il était le plus haut de la terre, comme ceux de jadis, et que les autres êtres humains n'en étaient pas, qu'ils étaient des bêtes féroces présentes autour de lui uniquement pour le torturer et le tenter à honorer des idoles, à commettre ce qu'il est interdit par ses traditions et sa loi, qu'ils prétendaient donnée par leur dieu. Ce peuple a péché contre leur propre esprit, en faisant d'abord que les étrangers ne puissent être en communion avec ce dieu. Alors, à cause de ce péché, il est redevenu visible des siècles ensuite à ce peuple qui ne voulait comprendre. 
 

- Ce peuple, où est il situé sur terre ? quel rapport avec le mont ?

- Ce peuple aujourd'hui n'a plus de terre, je ne sais si vraiment il en eut une. Il s'était retrouvé au grand sud vers l'empire d'Égypte.  A l'un de leurs prophètes, leur dieu lui a montré notre mont, se serait inscrit dans leurs livres sacrés, nous a instruit l'être de lumière.

- Je comprend qu'il y a plein de mystères autour de cet être de lumière. Je connais une histoire que l'on m'a raconté à Rome et qui s'est déroulée en Judée, aux temps de **Tiberius Caesar et ça me fait penser que c'est ce même homme qui a été condamné à la mise en croix par Pilate, dont tu parles et qui se disait messie et roi des juifs, il voulait être honoré et glorifié comme un dieu. Ils prétendent qu'il a ressuscité d'entres les morts, et jamais nous n'avons retrouvé sa dépouille.

- Tu dois dire vrai, c'est lui, il nous a dit que de lui même il est revenu à la vie. Il a eut le temps de se défaire de ses linges et de les plier dans un coin bien à part, avant la fermeture de son propre tombeau.  il est venu ici et a raconté son histoire, les anciens ont pansé ses plaies, ils l'ont rasé, coupé ses cheveux pour le soigner de ses blessures, aussi il a guérie les malades et a ressuscité les morts; pour montrer à nos pères que même la mort n'avait aucun pouvoir sur lui, ça s'est fait ici même sur le mont, aux temps des anciens. Puis il est parti en disant qu'un jour il reviendrait.

- Nous avons bu et partagé de ce vin ensemble et si vraiment comme le prétendent les gens de la croix (les chrétiens), le vin est le sang de ce christ, alors je vais faire qu'il pousse ici même sur ses flans des vignes pour y extraire un vin en souvenir de mon passage ici. 
Il deviendra forcément excellent. César te remercie, tu te verras remettre ce que je t'aie promis. »

Le vieux sage reçu une maison et des terres sur le mont; et Valérien repartit à Rome et ordonna rapidement que des vignes soient importées [d'italie] et plantées sur les flans de la montagne. 

Valérien garda le secret du mont aux yeux des chrétiens de Rome. 
A ce moment là, ses pensées et ses actes étaient encore très favorable à l'égards des chrétiens, qui se virent même offrir des postes importants au sein de la communauté et de l'administration de Rome.

Bien des jours et des nuits passèrent encore et L'empereur Valérien se rendit de nouveau sur le mont.

Mais lors de son dernier séjour sur le Mont Sacré, l'attaché au sol (satanas) lui apparu en vision et lui souffla par delà les temps futurs, en l'instruisantsur la confiscation de Rome par les chrétiens.

 « Il te faut briser la Révolution de la Croix, retourne chez toi ! Saches sinon que vers le vingt six ème (26) empereurs après toi, donnera raison au culte de la croix et elle s'appropriera entièrement de Rome et elle en fera sa maison pendant des siècles et des siècles. »

Après lui avoir dit cela, l'attaché au sol mit en place une légion de démons pour hanter le Saint Lieu. 6660 ombres y furent attachés et valérien fit bruler les croix et ordonna de détruire sa villa, ainsi que le monument de pierre. Puis il se promit de ne plus remettre les pieds sur le mont.

C'est pour cette raison historique dont les historiens étudiant l'histoire ne savaient pourquoi: que Valérien fut d'un coup prit de haines intenses envers les chrétiens. Et à sa suite, Valérien eut le temps de raconter en secret ce qu'il connaissait sur les temps futurs et ordonna des consignes

**Tiberius Caesar Divi Augusti Filius Augustus
 


C H A P I T R E   C I N Q U I È M E
SAINT MAURICE 
L a   v é r i t é   s u r   s e s   s e c r e t s   h i s t o r i q u e s

La Pointe de Longin et le clou furent donné à Mauritius alors général Romain, sur le mont Valérien pour en vaincre les démons et a lui et ses soldats fut promis le paradis dont ils eurent vision avant leur martyre.

Suivant l'histoire écrite ou pas par les historiens, il apparait que c'est saint Maurice qui au alentour du 3ème siècle l'avait en sa possession et personne ne sait au plus haut grade de la Grâce Histoire comment Saint Maurice a fait pour avoir la lance de Longinus et un clou de la croix.

C'est ce qui devrait surprendre les dits historiens c'est que Saint Maurice n'avait pas seulement la pointe de Saint Longin, il avait aussi l'un des clous ayant transpercé Jésus sur la croix, qui lui est marqué de deux croix et il avait également un glaive, surement celui de saint Pierre; ainsi quelques autres petites choses.

Aucun savant de l'histoire ne sait comment il s'est procuré ces saintes reliques.
Ainsi que l'ignorance de la conversion de Saint Maurice "dit on" à la confession de la chrétienté .
Il alla Jusqu'a mourir le martyr.

Un point d'interrogation immense pour l'historien scrutant l'histoire des Saints martyrs; car non seulement l'histoire ne retient rien de la conversion de Saint Maurice, mais surtout celle de tous ses 6660 légionnaires tous sont morts en martyr dans des conditions singulièrement étranges.

Saint Maurice était un Général Romain commandant une légion romaine composée de 6660 hommes.

C'est sainte hélène la mère de l'empereur constantin [306 - 337 Constantin 1er le Grand] qui l'a eue en sa possession (la lance de Longinus) à un certain moment et d'après l'histoire, pas avant l'an 326.
Sainte Hélène cherchait les clous de la croix. Trois au total, elle trouvé qu'un clou lors de fouilles et a évidemment cherché à obtenir les autres.

La découverte de la Vraie Croix du Christ à Jérusalem a été faite en 326 et donc bien après le Martyr de Saint Maurice qui eut lieu en 285 avec toute son armée de légionnaires.

Sainte Hélène n'a retrouvé qu'un clou et cherchait les autres clous.
Chacun des 3 clous ont été marqué de croix, le premier celui trouvé par sainte Hélène devrait être marqué d'une croix, et celui de Saint Maurice de deux croix. C'est pour cela que le message sur la plaque d'argent de la lance indique aussi 2 croix. Une règle mystique, le clou et la pointe de lance ne doivent pas être séparé.

L'empereur Constantin le Grand s'est servit de la pointe et de ce clou entant que puissants talismans. Charles Martel en 732 qui repoussa les Arabes en France avait la pointe et le clou de saint Maurice en sa possession, ainsi que beaucoup d'autres par la suite ...

... / ... (la suite dans quelques jours) ... / ... sur demande ... / ...
 
 

NOTES IMPORTANTES A LIRE ABSOLUMENT

Publius Aurelius Licinius Valerianus (Dit: Valérien) L'an 250 Général romain devenu sénateur, puis empereur de l'an 253 à 260 après J.C. Grand tyran des Chrétiens. Il fut le premier après avoir été l'un de leur sympathisant à les tyraniser sous le pouvoir législatif, en instituant contre eux des lois. En tant que général il avait l'habitude de recruter pour sa légion des guerriers gaulois, qui avaient la réputation d'être forts et robustes. Ce qu'il fit au cours de ses séjours sur le mont Valérien.

NOTES: Valérien fut attiré traîtreusement à une entrevue près d'Edesse et fait prisonnier (260). Sa captivité dura dix ans. Il mourut en 270, après avoir subi les plus dures humiliations. On raconte que Sapor, le roi des Perses fit écorcher son cadavre et orna de sa peau, comme d'un trophée le plafond de son palais.

Mauritius - Saint Maurice - L'an 270. Général romain de la Légion Thébaine canonisé par l'église. Général romain d'origine égyptienne (Son nom vient de Mauron, qui, d'après Isidore, signifie noir, en grec). La Légion Thébaine portait ce nom parce qu'elle avait été recrutée en Thébaïde (de Thèbes, ville de Kémèt, l'Égypte antique). Elle fut du nombre de celles que l'empereur emmena combattre la Gaule en révolte.
Saint Maurice refusera d'exécuter l'ordre de l'empereur romain qui voulait faire massacrer des paysans chrétiens. Mort en martyr en l'an 285 sous Maximien Hercule.

L'histoire de Saint Maurice sur le Mont Valérien, rapporte que ce général romain a déplacé avec ses légionnaires d'énormes quantités de terre venue de Saint Denis et de Nanterre. Prétextant aux villageois délimiter son territoire. Sa légion composée de 6660 légionnaires batirent une motte de terre sur le haut du mont Valérien, de plus de 60 mètres de haut, sur plus de 350 mètres de longueur.

NOTES: Le christianisme est introduit à Paris par saint Denis, premier évêque de la ville, qui sera décapité par les Romains en 280. La légende rapporte qu'il aurait marché après sa décapitation avec sa tête sous le bras jusqu'à l'emplacement de la basilique de Saint-Denis. Un miracle que les Parisiens n'oubliront pas.
 

SUGGESTION:
LIRE : L'histoire de Noé avant le déluge et le pourquoi du déluge
> ICI VERS FACEBOOK

 

AUTEUR: Pascal Vieillard (PV)
Copyright ©1999 - 2016  - www.cabale.online.fr - All rights reserved on all the site -
Copying is forbidden- without the license of the author.


Lectures de cette page actuellement 2016
<img src="http://perso0.free.fr/cgi-bin/wwwcount.cgi?df=[myst].dat&dd=A&ft=0">

Visites sur Cabale
Depuis 2001
<img src="http://perso0.free.fr/cgi-bin/wwwcount.cgi?df=[www.cabale].dat&dd=A&ft=0">